Mesdames et messieurs, soeurs et frères chers membres et responsables de cette mémorable institution,

Au nom du syndicat des travailleurs du domaine des transports (sherkat vahed) et de son président en prison, Mansour Ossanlou, nous vous saluons chaleureusement. Veuillez accepter tout notre gratitude et reconnaissance. Nous sommes attristés de ne pas pouvoir être parmi vous et remercions notre avocat d’avoir accepté de nous représenter auprès de vous aujourd’hui.
Nous sommes très fier de recevoir ce prix prestigieux qu’est la Rose d’argent surtout dans les circonstances actuelles où l’on faite les quatre ans de reconstitution du syndicat des travailleurs du transport (Sherkat Vahed, IFT et ITUC) en Iran. Nous sommes particulièrement reconnaissants envers feu Janek Kuczkiewicz pour avoir proposé notre candidature et finalement à l’organisme Solidare (Solidaire?) pour nous avoir attribué ce prestigieux prix.
Avec l’octroi de ce prix, Solidare, qui avec beaucoup d’assiduité a sans cesse combattu l’injustice dans le monde, nous rappelle encore une fois que les efforts pour la justice sociale portent fruit et sont reconnus.
Nous partageons fièrement ce prix avec les autres candidats à la Rose d’argent, et en réalité ce prix appartient à l’ensemble des travailleurs iraniens. Ce prix appartient aux millions de travailleurs qui n’ont reçu de salaire depuis de nombreux mois, il appartient aux travailleuses qui sont privée de leur plein droit à cause de leur sexe, il appartient aux minorités religieuses et culturelles qui sont toujours discriminés au moment de l’embauche. Ce prix appartient à tout ceux et celles qui se sont retrouvés au chômage, en prison ou en exile pour le simple fait d’avoir réclamé des organisations de travailleurs indépendantes, et finalement, ce prix appartient surtout à nos femmes et à nos enfants qui ont du subir de nombreux coups et préjudices depuis que notre jeune organisation à vu le jour.
Nous voyons l’octroi de ce prix comme une reconnaissance du travail accompli et de tout l’effort que les travailleurs et membres des organisations sociales et syndicales fournissent pour acquisition de leurs droits. C’est un soutien symbolique pour tous ceux et celles qui combattent les pseudo-syndicats, qui au lieu de protéger les droits des travailleurs contribuent au contrôle et à la résignation du mouvement ouvrier, au profit du patronat. C’est un grand encouragement pour ceux et celles qui savent que pour obtenir leurs droits humains et fondamentaux, ils ne peuvent se fier que sur la force du peuple et des ouvriers et qu’ils doivent se baser sur l’éducation populaire, le renforcement de leurs organisations et la solidarité. Ce que fait le syndicat des travailleurs du domaine des transports (Sherkat Vahed) depuis ses débuts.
Ces quatre dernières années ont été marquées par une résurgence exceptionnelle du mouvement ouvrier et beaucoup d’activités de mobilisations et de dénonciations. De nombreux foyers de lutte et de revendications des droits des travailleurs se sont formés sur les lieux de travail ou à l’extérieur de ces derniers, malgré la forte répression exercée à l’égard des travailleurs.
Les travailleurs iraniens souffrent du non respect de leurs droits, les normes internationales et même les lois nationales ne sont pas appliquées. Souvent ils reçoivent un salaire de crève faim avec en plus beaucoup de retard. Bien de ces situations ont été décrites et dénoncées par la commission de l’organisation Internationale du Travail (OIT) mais le gouvernement iranien n’y apporte aucune solution en plus de pointer du doigt les travailleurs comme principaux responsables de cet état inacceptable.
Le syndicat des transporteurs (Sherkat Vahed), a participé depuis ses débuts à deux grandes grèves, nos membres ont souffert de violence, d’emprisonnement, de mise en demeures à répétition, le gouvernement leur a retiré leur carnet d’assurance maladie et 35 de nos membres sont sans travail depuis 3 ans. Plusieurs membres actifs du syndicat ont eu des problèmes graves de santé, la santé de leurs familles est menacée et l’éducation de leurs enfants est compromise. Nous profitons donc de cette occasion pour demander l’aide du Parlement Européen afin d’obtenir la libération de nos représentants, ainsi que le retour au travail de nos membres destitués.
Cette année le monde entier célèbre les soixante ans de la déclaration universelle des droits humains, et les soixante ans de la reconnaissance par l’Organisation International du Travail (OIT) du droit aux organisations de travailleurs et à la syndicalisation pour la défense de nos droits. En Iran les syndicats datent de plus de 100 ans, mais on est encore loin d’obtenir nos droits les plus fondamentaux.
En obtenant ce prix, les travailleurs iraniens se rendent compte que Solidare ainsi que d’autres organisations internationales, observent l’état de la situation et la lutte des travailleurs iraniens, ont une analyse de la situation qui va au delà de la crise du nucléaire, voient le peuple iranien dans sa lutte pacifique et le différencie du gouvernement et de ses aspirations belliqueuses.
Nous, souhaiterions que vous mettiez les discussions sur la question des droits humains au centre de vos négociations avec le gouvernement iranien.
En guise de conclusion, nous remercions Solidare, nous vous remercions, à nouveau pour avoir octroyé ce prestigieux prix au syndicat des travailleurs du domaine des transports (Sherkat Vahed) en Iran.
Dans l’espoir de voir s’étendre paix et justice partout dans le monde,
Syndicat des travailleurs du domaine des transports (Sherkat Vahed, Tehran et environ)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: